Voilà comme je vous l'expliquai dans mon dernier compte-rendu, ces chiens galeux de prussiens attaquèrent ma ville par lâcheté en profitant du fait que mon propre commodore était en fin de convalescence dans un des hôpitaux de cette ville.

 

Tandis que les prussiens certains de leur puissance obéissaient aux ordres de leur commodore Heinrich Von Werstein en se déployant sur un front important, les britanniques eux décidaient de tenter de se regrouper le plus possible sur le flanc faible de leurs adversaires.

 

20160206_212852    20160206_212906

20160206_212922    20160206_212947

Mauvaises photos du déploiement des forces en présences prises par un futur chômeur ...

 

Le combat acharné se déroula surtout sur le flanc droit de l'armada britannique qui ne laissa que son porte-avions Régent sur le flanc gauche pour retenir le navire amiral prussien. En fait, les britanniques savaient à cet instant que le Régent ne ferait pas long-feu mais leur crainte de l'escadre ennemie en question leur fit préférer cette perte au redéploiement trop rapide des prussiens vers le restant de leur flotte.

20160206_225715    20160206_225723

 

Pendant ce temps, l'armée prussienne subissait de lourdes pertes orchestrées principalement par l'habile Lord Hood suréquipé pour l'occasion qui en retour se verra assez endommager pour en retour avoir à retourner en cales dans l'optique d'être quasiment entièrement réparé.

20160206_225733    20160206_225743

20160206_225750    20160206_231951

20160206_232000    20160207_001713

 

A ce moment là de la bataille et juste malgré la perte de leur porte-avions et de leur aviation les britanniques se sentaient en sécurité n'ayant laissé à leur adversaire que leur navire amirale et son navire escorte en état de pouvoir combattre. Tous les autres navires ennemis étant soit abandonnés soit fortement endommagés.

Les différents renforts des deux camps choisirent cet instant pour montrer le bout de leur coque (ou leurs hélices).

20160207_001722    20160207_001745

20160207_001753

 

 

La partie c'est soldée sur une égalité en fin de tour 4. Nous aurions du continuer mais il était tard (faute à commencé tard finalement). Les prussiens retournèrent donc encore bredouilles chez eux après s'être cassés les dents sur les défences de la ville britannique.

 

Et en avant première la carte de l'Acte 6 : 

 

Carte Tour 6