Voili Voilou ... Une fois n'est pas coutume, je suis à la bourre. Je vais donc vous faire un petit résumé des deux derniers actes en une seule fois !..
L'acte 3 ayant d'ailleurs vu un remaniement des règles de la dite campagne car nous l'avons en fait écrit avec les pieds.

 

Acte 2 :

Voici dons la carte au début de l'acte 2 avant le mouvement effectif des troupes pour engagement.

Carte Tour 2

 

Cet acte a donc vu l'offensive des prussiens sur le chantier naval des japonais. En effet, la crainte de se voir attaquer de toutes part par ses nombreux ennemis décida le commodore Heinrich Von Werstein à tenter de prendre à l'un deux un territoire très utile pour réparer à moindre frais ses escadres légères et moyennes.

Cette bataille se termina après de féroces combats (surtout du points de vu Japonais) sur la victoire des prussiens prenant petit à petit le contrôle des territoires sans rencontrer de résistances.

 

Acte 3 :

Le territoire de nos précieux japonais ayant été annexé, les prussiens décidèrent qu'en plus de sécuriser la réparation de leur flotte, il ne serait pas mal de pouvoir aussi prendre soin des hommes et en particulier du commodore Heinrich Von Werstein. Il jeta donc son dévolu tout naturellement sur la Grande Ville britannique.

 

Carte Tour 3

 

 

 

Nous jouerons donc un raid en 600 pts pour une fois en quasi full peint et je dois avouer que ça fait plaisir. 

20151128_21285120151128_212906

20151128_21291720151128_212936

 

Le déploiement des troupes prussiennes et britanniques.

 

Le tour 1 commence par une petite avancée de nos troupes, nos deux commodores cachés chacun derrière une petite île. Les premiers tirs de nos troupes se feront sur les petites escadres et à ce jeu les britanniques auront un succès mitigés mais légèrement meilleur que les prussiens. Ceux-ci profiterons de leur mouvement pour semer des petits cailloux (enfin explosifs les cailloux !!).

20151128_22200020151128_222020

20151128_22202920151128_222038

 

Et malgré tout le puissance de feu du Lordhood, la peinture prussienne résistera.

 

Au second tour les choses s'accélèrent, les prussiens décident de détruire toute les escadres légères britanniques tandis que ceux-ci tente d'amenuiser la force de frappe générale ennemie. Bien que dangereuse, cette tactique laisse les prussiens exsangues de force capable de tirer efficacement sur les navires de guerres du commodore Ellsworth Smythe.

 

20151128_22204520151128_232531

20151128_23253920151128_232606

 

Les escadres légères prussiennes tentent de fuire le champs de bataille protégées par le reste endommagé de la flotte.

 

Voyant qu'ils étaient en mauvaise posture le commodore Heinrich Von Werstein décida de donner l'ordre à l'un de ses navires les plus endommagés de se jeter contre le navire de guerre Lordhood commandé par son adversaire. Cette manoeuvre bien que déloyale et contraire à toute éthique se dévoila malgré tout efficace puisqu'elle permis d'endommager suffisamment le navire principal adversaire et de l'achever par une salve audacieuse (et très chanceuse) de tirs soutenus. Cette action d'éclat (ou cette absurde manoeuvre désespérée) mis fin aux hostilités et les prussiens purent repartir avec le butin de guerre qu'ils étaient venus piller. 

20151129_00010120151129_000112

La guerre se joue à deux et à la fin ceux sont les prussiens qui gagnent.



 

Voilà les deux actes résumées, nous allons pouvoir passer à la suite en espérant que ce satané teuton se calme dans sa lancée.